Publié dans Critiques

The Book of Ivy – Duologie – Amy Engel

3/5 — Par Gribouille

Je crois que j’attendais un peu trop de cette série… J’avais eu beaucoup de retours positifs, mais c’est avec un goût amer sur la langue que j’ai fermé le tome 2. 
Déjà, je n’avais pas la fièvre de lire. Je lisais sur mes temps de lecture, mais jamais cela ne m’a posé problème de lâcher le livre. Je l’aimais bien, sans plus.
Deuxièmement, j’ai trouvé que beaucoup de personnages manquaient de profondeur. On parle de mariages forcés, de rébellion, de désaccords familiaux, de morts, etc. Mais les événements ne semblaient qu’effleurer les personnages principaux, notamment Ivy. Par conséquent, je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages, qu’ils soient secondaires ou principaux. 

Je souhaitais revenir sur une incohérence qui m’a sauté aux yeux. (Alerte spoil !) Dans le Tome 1, Ivy est décrite comme une jeune femme presque faible, assez incompétente, pas très sûre d’elle, plutôt fragile en somme. Mais dans le Tome 2, elle nous sort des aptitudes de nulle part, et la voilà parée à survivre derrière la barrière, assez forte pour se battre contre un dangereux violeur imposant fou de rage contre elle, et à franchir pleins d’autres obstacles sans même que le lecteur comprenne d’où lui vient cette soudaine puissance ! Cela m’a un peu (beaucoup) énervée.

Je vais m’en tenir là pour ces romans, mon but n’étant pas de vous décourager à vous plonger dedans dès vos 13 ans. Bonne lecture ! ∴

Publié dans Non classé

Bonne rentrée !

Salirations !

En ce début de mois de septembre, Griboulire rentre de ses longues vacances et reprend du service ! Vous retrouverez le rythme habituel des critiques, que ce soit sur le blog ou sur Babelio !  En même temps que l’école, l’automne et la rentrée littéraire approche ! Et avec ça, quelques aventures littéraires :

Parutions : 
La rentrée littéraire nous propose plusieurs sorties, des petites futures pépites aux grands attendus des bibliothèques !
Tant qu’il le faudraCordélia : un roman-feuilleton posté sur Wattpad qui trouve enfin sa place en librairie cet automne !
Comme un homme – Florence Hinckel : un roman ado qui tourne autour de thématiques dures telles que la mort ou l’assassinat.
Les fées valentines T4 – Labourot Thomas : le quatrième tome d’une bande dessinée qui séduit par ses jolies esquisses !
Un bon jour pour mourir – Mark Ewards : un nouveau polar à ajouter à la bibliographie du celèbre auteur de Sur tes pas !
À quoi rêvent les étoiles – Manon Fargetton : ce roman mélange les points de vue à l’image de son grand frère Dix jours avant la fin du monde, que nous avions eu l’honneur d’obtenir avec une magnifique dédicace à l’occasion de la remise des prix du concours de nouvelles 2019-2020 de la MédiaLudo de Blagnac !

Octobre imaginaire :
La communauté de la Plume d’Argent organise de nouveau cette année son appel à textes en partenariat avec la librairie Au Librius ! Vous avez jusqu’au 30 septembre (20h) pour rédiger une nouvelle de 3000 mots maximum sur le thème des Créatures Fantastiques ! Plus d’informations sur le site en cliquant ici !

Sur ce, nous vous souhaitons de belles et heureuses lectures et à bientôt !

Publié dans Critiques

Petit Pays – Gaël Faye

5/5 – Par Plume

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

source : https://www.grasset.fr/livres/petit-pays-remev-9782246857334

J’ai d’abord connu Gaël Faye en tant que rappeur. J’ai tout de suite beaucoup aimé ses textes poétiques, sa façon de les dire, de les rapper… Et ces instru sublimes, et ces rythmes ! Je pourrait monologuer encore longtemps sur cet immense coup de cœur musical mais je ne suis pas là pour ça.

Cela faisait longtemps que je voulais lire Petit Pays parce que je n’arrêtai pas d’en entendre parler partout. Je me suis donc élancée et j’ai plongé dans le Burundi des années 90.

— Alors, c’est vrai, je ne suis pas particulièrement friande de récits historiques ou de quoi que ce soit dans ce genre… (c’est, je pense, pour ça que je l’ai lu aussi tard) Mais ce roman n’est pas un récit historique. —

Gaël Faye a une écriture tellement fine et précise. La images poétiques qu’il emploie sont toujours d’une justesse incroyable. Je dirais même que c’est un poème en prose plus qu’un simple roman. J’ai vraiment eu la sensation de capter cette ambiance étrange qui règne dans la ville pendant la guerre. Au début, cela ressemble un peu au confinement, mais on se rend vite compte que ça n’a rien à voir.

Avant de lire ce roman, je me rend compte maintenant que je ne savais presque rien sur l’Afrique en général. Petit Pays m’a beaucoup appris. Et même si l’action principale se passe 20 ans plus tôt, je pense que je comprend mieux l’actualité.

Je vous encourage fortement à le lire !

Bonne lecture (les livres n’ont jamais été aussi précieux),

Plume 😛

Publié dans Critiques

Je suis une fille de l’hiver – Laurie Halse Anderson

4/5 — Par Gribouille

Ce livre est … VRAI. RÉEL. PUISSANT. Il n’y a clairement pas d’autres mots.
Je ne sais pas trop quoi dire en fait. C’est très poignant, saisissant, de se trouver au cœur des pensées obsessionnelles d’une personne malade. J’ai appris plus dans ce roman que dans tout ce qu’on peut lire dans les revues scientifiques ou écouter à la TV. Je ne sais pas où l’auteure a trouvé toute cette réalité avant de la coucher sur le papier, mais c’est réussi. Je suis chamboulée.

Lia est une fille adorable. Je me suis vraiment attachée à elle. J’étais elle. L’histoire nous amène dans les méandres de son esprit ; on s’y perd, on se perd.  Je me suis oubliée. J’ai eu mal pour elle. La douleur dégouline des mots. Mais son amour pour sa demie-sœur (Emma) aussi. Je suis triste qu’une fille comme elle, rayonnante dans l’enfance, soit touchée par cette tragique maladie qu’est l’anorexie.

En revanche, ma relation avec Cassie a été plus compliquée. Elle est morte trop tôt pour que je m’attache à elle, et ce qu’elle est devenue, j’ai voulu le chasser de mon crâne, comme Lia.

Je vais m’arrêter ici, car, je me connais, je suis capable d’écrire des lignes encore et encore sans jamais m’arrêter ! Un must-read, dès 14 ans !

• Bonne lecture ! •

PS : Un autre livre sur l’anorexie : Le complexe du papillon – Annelise Heurtier
PPS : Un autre livre sur les troubles obsessionnels : Tortues à l’infini – John Green

Publié dans Critiques

Si loin de l’arbre – Robin Benway

4/5 — Par Gribouille

C’est un beau roman sur le thème de l’adoption. On suit l’histoire de 3 frère et soeurs qui ont été séparés à la naissance. Aux âges respectifs de 15, 16 et 17 ans. Maya, Grace et Joaquin se rencontrent pour la première fois et décident de partir à la recherche de leur mère biologique. 

J’ai eu un petit coup de cœur pour Maya. Un peu rebelle, elle est aussi très touchante. Elle décrit ses sentiments par des couleurs, elle a une manière de penser bien à elle. Je trouve qu’on s’identifie très bien à elle et c’est ce qui m’a plu.

Le personnage de Grace est aussi très émouvant. Mère à 16 ans, sa vision du monde est radicalement différente de celle des ados de son âge, bien que Grace soit un peu niaise parfois.

Je n’ai pas grand-chose à dire sur Joaquin. Il reste très mystérieux longtemps, mais sur la fin, il s’ouvre (enfin). J’ai eu du mal à l’apprécier, ne sachant rien de lui, mais je pense qu’il fallait un personnage plus effacé pour compléter le trio.

Ce roman est donc un assemblage de secrets, dévoilés les uns après les autres, comme des rideaux qu’on lèverait. Et le paysage caché derrière tous ces rideaux mérite que vous lisiez ce livre, dès 14 ans !

℘ Bonne lecture ! ℘

Publié dans Non classé

1 an déjà… *larmichette*

Salirations amis lecteurs et amies lectrices !
Nous sommes extrêmement fières de vous dire qu’aujourd’hui, Griboulire fête son anniversaire : déjà un an !! On est vraiment toutes émoustillées, et enchantées de voir qu’on a réussi à rameuter quelques fidèles lecteurs ! Il y a un an, on est un peu parties sur un coup de tête, et après avoir passé deux mois à comprendre comment fonctionnait l’éditeur de blog, notre petite fierté est sortie des entrailles du net ! Notre première action a été de constater que Google n’avait pas encore perçu l’existence de notre site. Mais tout a bien évolué et nous somme très heureuses de comptabiliser plus de cent articles et une dizaine d’abonné(e)s ! (D’ailleurs, s’il ou elle voit ça : petit coucou et un grand merci à l’Américain(e) qui jette un oeil sur Griboulire de temps en temps !)

Bref, après ces quelques larmichettes, voici l’annonce officielle : Griboulire débarque sur Tik Tok ! Nous étions déjà sur You Tube, Wattpad et Babelio, alors on a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure ! Retrouvez notre compte : @gribouille_et_plume ^^

On vous fait de gros bisous cotonneux et nous vous souhaitons de nombreuses et belles heures de lecture et écriture !

Sur ce, nous avons des bougies à souffler et un gâteau d’encre et de papier à dévorer !

Plume et Gribouille ❤

Publié dans Critiques

Falalalala – Emilie Chazerand

3/5 — Par Gribouille

Mon avis sur le livre est assez mitigé. Une belle histoire de famille, parfois un peu niaise, écrite avec un style pour le moins particulier.

Chez les Tannenmaum, la pâtisserie, c’est une vraie histoire de famille. Et les rênes de Tannenland, l’entreprise familiale, se transmettent de naine en naine. Alors, forcément, la vie de Richard et sa GRANDE taille n’est pas facile tous les jours..

Première déception pour ce roman : le résumé est trop prometteur. Les « torrents de fous rires et de larmes » doivent être bien cachés, car ils ne m’ont pas touchée. Oui, l’histoire est assez drôle, parfois légèrement touchante. Mais pas de quoi en faire tout un drame !

Deuxième bémol (selon moi, of course) : Richard. Oui, le personnage principal. Il est très niais et il fait des caprices d’enfant alors qu’il a 19 ans ! Décevant. J’aurais largement préféré que le roman soit plus centré sur Ludovika, sa cousine de 16 ans, beaucoup plus haute en couleurs, mature et surtout, dont la vie est un brin plus excitante ! Ceux qui ont lu comprendront : Quentin est bien plus intéressant que Richard.

Ce récit reste néanmoins une belle histoire de famille, mais quelques autres éléments la « gâchent » un peu, notamment le style d’écriture.
Quand vous lisez La fourmi rouge (de la même auteure), que vous vous en prenez plein les yeux et le cœur, que vous riez à gorge déployée de la vie de Vania Strudel, et bien.. On s’attend à mieux pour Falalalala. Personnellement, je trouve que le langage employé au début du roman est assez grossier. Ce qui est d’autant plus décourageant, puisqu’il faut attendre que Lulu, Quentin et Brugada débarquent pour apporter (enfin) des rebondissements ! Et, à moins d’avoir pris Alsacien LV2 au collège ou de venir de là-bas, le rythme de lecture est régulièrement cassé par les petites notes qu’on doit lire pour comprendre ! Je suis un poil énervée sur ce point-là.

Je pense que ma critique paraît très négative, même si j’ai bien apprécié le roman et qu’il m’a fait vivre de bons moments de lecture. Je vous le conseille dès 12-13 ans !

∴ Bonne lecture ! ∴

Publié dans Non classé

Le Prix Clara est de retour !

Salirations amis et amies écrivains et écrivaines !

Nous sommes aujourd’hui à un mois de la date limite pour envoyer nos nouvelles pour le Prix Clara ! Petit récapitulatif de tout ce qu’il y a de merveilleux à savoir sur le Prix Clara :

  • Le Prix Clara est un concours de nouvelles ouvert à tous les jeunes qui auront moins de 18 ans au 28 septembre 2020. Il a été créé depuis bientôt 15 ans en l’honneur de Clara, décédée à 13 ans d’une malformation cardiaque indétectable.
  • Le thème est libre, votre nouvelle doit faire de 5 à 40 pages (*petits souvenirs de toutes les fois où on a dû enlever des paragraphes entiers pour rentrer dans les 3500 caractères autorisés*) alors profitez-en pour parler d’un sujet qui vous touche, qui vous passionne ou pour ENFIN coucher sur le papier l’histoire qui vous trotte dans la tête depuis 2 semaines (on vous a reconnu, vous qui ne vous rendez pas compte que vous avez un talent incroyable!)
  • Les 6 lauréats seront publiés dans un recueil, comme tous les ans, dont le prix est de 10 €. Il faut savoir que tous les bénéfices de la vente seront reversés à l’ARCFA : l’Association pour la recherche en cardiologie du foetus à l’adulte. C’est l’occasion d’écrire pour la bonne cause en mémoire de Clara qui adorait lire et écrire !
  • Les recueils sont disponibles en librairie, en bureau de tabac, à Gibert, PARTOUT ! Alors même si vous ne souhaitez pas écrire, vous pouvez toujours acheter le recueil ou faire un don. Les recueils sont d’une qualité exceptionnelle, c’est épatant et merveilleux !

Maintenant que vous êtes calés sur le sujet : À VOS STYLOS !!!!

Comment ça vous êtes encore là ? Bon, puisque vous n’êtes pas décidés, allez faire un tour sur tous ces liens, vous ne serez pas déçus !

Fleurus vous présente le Prix Clara 2020

L’histoire du Prix Clara

Le vlog de Léo, lauréat 2019

Le site de l’ARCFA

Gribouille critique le recueil 2019

Plume critique le recueil 2017

La participation de Gribouille à l’édition 2019

Bonne écriture à tous et toutes !

Publié dans Critiques

Nous les filles de nulle part – Amy Reed

5/5 Par Gribouille

J’ai vraiment eu un gros coup de coeur pour Nous les filles de nulle part ! Je le trouve fort, poignant et débordant de réalité !

À : destinataires cachés
De : LesFillesDeNullePart
Chères amies,
Vous en avez marre ? Vous avez peur ?
Vous en avez marre d’avoir peur ?
Vous êtes EN COLÈRE ?
On sait ce qu’ils ont fait. Spencer Klimpt, Eric Jordan et Ennis Calhoun. On sait qu’ils ont violé Lucy. On sait qu’ils ont fait du mal à d’autres, probablement beaucoup d’entre nous. On sait qu’ils recommenceront.
Vous êtes prêtes à agir ? À ne plus vous taire ?
Rejoignez-nous. Ensemble nous sommes plus fortes qu’eux.
Nous ne nous tairons plus.
Nous les Filles de Nulle Part.

Il existe de nombreux romans sur le sexisme du point de vue des adolescents, mais celui-là est selon le moi le meilleur (du moins, de ceux que j’ai lus) ! La force de Nous les filles de nulle part, c’est que ce n’est pas l’histoire d’UNE fille violée, c’est l’histoire de NOUS les filles violées, discriminées, jugées, infériorisées, fières d’être des filles, des femmes. C’est un roman à multiples points de vue, mais mon préféré reste celui de « Nous ». C’est un point de vue où s’enchaînent des scènes à différents endroits, ce que vivent les femmes chacune de leur côté (ou à plusieurs d’ailleurs), mais ce qui fait d’elles un tout, un nous.

Bien sûr, le roman a ses trois personnages principaux : Grace, Erin et Rosina. J’avoue que Grace ne m’a pas plu tant que ça. Après avoir lu des dizaines et des dizaines de roman, il faut dire que le personnage de Grace n’est pas très original : une « grosse » mal dans sa peau, qui veut faire changer les choses mais qui ne peut rien faire à cause de son physique, c’est un classique. En revanche, Rosina et Erin sont des pépites ! Rosina, c’est l’impulsivité et le dynamisme qui cachent beaucoup de choses. Elle est aussi porteuse de la cause LGBT+, très présente dans le roman, grâce à l’homosexualité et la transidentité ! Et Erin est une Aspie. Les passages de son point de vue sont extrêmement riches en détails, en émotions, en pensées intérieures. On est vraiment à l’intérieur d’Erin, et c’est fascinant.

Les articles du blog « Les Vrais Mecs de Prescott » (site dédié au sexisme pur qui a la fâcheuse tendance à considérer les femmes comme des objets)  rythment la lecture, et rappellent constamment ce contre quoi se battent les Filles de Nulle Part.

Enfin, il faut savoir que l’amour se glisse entre les pages, crée un peu de lumière dans le combat que mènent les lycéennes.

Je vous le conseille très fortement, dès 13 ans !! Bonne lecture ! ❤

Publié dans Critiques

Demain il sera trop tard – Jean-Christophe Tixier

4/5 —  Par Gribouille

 Ce livre était agréable à lire, bien construit, pas ennuyeux, presque palpitant, ses personnages étaient attachants, assez réalistes même, mais… Ce n’est pas un coup de cœur. Vous commencez à me connaître : la SF, c’est clairement pas mon truc, alors pour me convaincre, il faut envoyer du « lourd ». Et pourtant, ce roman ne m’a pas déplu !

Virgil pense avoir une vie toute tracée : son Term-test lui a promis une existence de 87 ans. Il vit dans le quartier réservé aux Longs Termes. Un poste et un salaire prometteurs l’attendent, aucun souci à l’horizon… Enfin, jusqu’à que la Brigade du Terme tente de l’arrêter. Une véritable cavale commence. Virgil va rencontrer Lou, Enna, le Réseau et va découvrir toutes les horreurs de la société des Termes.
Dans le quartier des Courts Termes, la tension monte. La résistance s’organise. Enna va vite se retrouver impliquée dans des complots qui la dépasse, mais elle fera tout pour venger sa défunte petite amie..

L’intrigue m’a beaucoup plu : certes, c’est de la SF, mais en réalité, l’histoire est basée sur les mouvement de rébellion, de résistance, etc. Jean-Christophe Tixier, à travers un roman futuriste, dénonce ce qui noircit déjà notre société actuelle. C’est l’un des gros point fort du livre ! 

Je ne sais pas s’il s’agit d’un avis purement personnel ou si d’autres le partagent mais, je pense qu’un des « bémols » du livre, c’est Virgil. Bien qu’il soit le personnage principal, je n’ai ABSOLUMENT pas apprécié sa compagnie. Je l’ai même trouvé insupportable et horripilant. J’avais l’impression de me trouver face à (excusez-moi de l’expression) un petit bourge qui se rend brusquement compte que sa petite personne n’a rien à faire avec les bourges et qu’il existe un monde en dehors de son paradis de bourges !! (Oui, j’ai répété 3 fois le mot « bourge », et alors ?) Je trouve qu’un énorme mérite lui est apporté à chaque fois qu’il lève le petit doigt ! Bref, un héros exaspérant selon mon humble avis.

En revanche, j’ai adoré Enna : dynamique et réaliste, elle a su plusieurs fois remettre Virgil à sa place et je l’en remercie !

Bref, ce roman est une belle découverte que je vous conseille dès 13-14 ans !

Bonne lecture ! 😉